Guerilla gardening france
Guérilla gardening France | N’attendons pas le printemps pour agir !
- Guérilla gardening france welcome

www.guerilla-gardening-france.fr

N’attendons pas le printemps pour agir !

PosterAfficheArmoiriesGreenGuerillaGardeningJardiniereParisFranceComme toujours voici une newsletter déjà bien remplie mais qui reste malheureusement exhaustive :

Les ZAD (zone à défendre) se multiplient, les jardins sont en lutte pour être préservés (à l’image du Bois Dormoy à Paris) quand ils ne finissent pas par être détruits malgré une forte opposition (à l’image du parc Michel Levy à Marseille) et nous n’attendrons pas le printemps pour agir !

N’hésitez pas à nous contacter et à surveiller l’agenda pour ne pas louper nos prochains rendez-vous publics (Conférence au pavillon de l’arsenal ce jeudi, Festival Tropisme à Montpellier, passage au jardin afghan et bien d’autres actions et projets à venir). N’hésitez pas également à partager avec nous vos projets pour que nous vous aidions, que nous les relayons…

Vous pouvez aussi proposer votre aide pour le site internet (relecture, restructuration, aide à la création d’un forum…), pour la rédaction d’articles de fond (« agriculture urbaine » et PLU,  institutionnalisation des pratiques jardinières…), pour l’organisation des actions (participation au repérage, aide régulière sur certains jardins, mise en réseau…) !

 

 

 

Paris : C’est Pointé et le jardin du 45 rue des Orteaux se font virer ! 

 

Aussi le 8 février nous organisons une plantation sauvage en l’honneur de ces lieux et de leurs histoires. Si vous voulez voir le jardin de l’écoquartier ne cherchez pas il n’existe pas, venez avec nous sur la petite ceinture dernier espace de liberté en danger !

Quand :  Ce dimanche 8 février 2015  à 14:00
 :  Rdv l’ancienne adresse de C’est Pointé 45 rue des Orteaux
 
 
2015-paris-guerillagardening-cestpointe-eseel-petiteceinture-jardinUn jardin créé par C’est Pointé, la GG et les voisins :
un lieu de refuge, de rencontre, d’expérimentation et de joie.

 

2015-paris-guerillagardening-cestpointe-eseel-petiteceinture-jardin2

Le déménagement du jardin vers la petite ceinture n’est qu’une première étape, rien est fini, attendez vous à nous voir revenir rue des Orteaux pour y réinstaller un jardin !

 

# Ça rénove et ça détruit comme partout !
 
C’est à notre tour d’être viré, l’association artistique « C’est Pointé » après 14 ans d’existence qui compte 140 adhérents en 2015 doit quitter les lieux. La volonté du bailleur, après avoir préempté ce bâtiment il y a 25 ans, sans faire de travaux pendant toutes ces années, décide de rénover. Le mot « rénover » semble si louable et justifiable aujourd’hui. Le permis de construire indique une réhabilitation du bâtiment et la mise en place de cinq ateliers d’artiste. Après avoir viré notre voisin du dessus, le  bâtiment rénové ne gardera que le nom de sa famille inscrit sur la façade, celui de son père. D’ailleurs l’association n’est déjà plus l’atelier « C’est Pointé » ou le « 45 Orteaux » mais pour les officiels, ils parlent du bâtiment « Ben Ichetti ». Ça fera une bonne enseigne rétro, du genre industriel clean, bref encore un projet de gentrification, du nécro blanchiment ou « necrowashing ».

Après nous avoir proposé de poursuivre notre implication dans le quartier en nous demandant si nous serions d’accord pour nous occuper de gérer le futur jardin partagé de l’écoquartier Fréquel Fontarabie (eco-quartier au cœur du quel se trouve l’association « C’est Pointé »), les « décideurs » changèrent complètement de position en demandant à l’association « C’est Pointé » de quitter les lieux sans même leur proposer de lieu de remplacement pour poursuivre leurs activités. Les élus, avec leur grande gentillesse mais surtout pour se donner bonne conscience, proposèrent à l’association « C’est Pointé » de leur laisser le droit de déplacer le jardin de la cour de l’atelier au lieu de le raser… Et au final la cour doit être rendue intacte sous peine de poursuite pour l’association « C’est Pointé » !

 Au bilan :
– quatre arbres coupés,
– du mobilier et des œuvres en péril,
– des terres devenues fertiles bétonnées,
– deux composts de quartiers retirés,
– la fin d’un jardin (?),
– une vingtaine d’arbres, de plantes grimpantes et des centaines de plantes herbacées et semis d’arbres fruitier, que nous avons pu sortir et mettre en jauge sur la petite ceinture qui attendent d’être replantées ce dimanche 8 février 2015.

C’est la destruction de 14 ans de créations jardinières où la guérilla jardinière a été à l’origine du jardin de « C’est Pointé », elle a nettoyé ce lieu pollué par les huiles de vidange de l’ancien garage, elle a planté, elle s’en est servi comme lieu de ressource, de rencontre, de pépinière et de stockage de matériel.

 

# Green washing dans l’ecoquartier Frequel Fontarabie

Vous avez dit 2015 année des sols ? Vous avez dit « eco-quartier » ?
– Des tonnes de terres dites polluées (dont on aura jamais les analyses) sont évacuées en Seine et Marne où se multiplie les tas de terre urbaine. 
– D’autres tonnes de terres sont importées de régions lointaines pour les remplacer…
– Au final c’est 40 camions de 35 tonnes 1400 tonnes de sol urbain, mais au moins ils pourront se permettre de planter des palmiers dans l’éco-quartier !
– Des talus de l’écoquartier traités comme des talus autoroutiers,
– Des rochers anti caravane,
– Une allée en pavé granite chinois, une allée de pavés anciens remplacée par des matériaux neufs.

Et pourquoi la ville de Paris ne fait pas d’analyse des Athrazine ou PCB et autre produits agricole rémanents ? Car ce sont bien ces terres à colza et a betterave qu’on importe en ville. Pourquoi l’institution nie elle que les terres françaises sont polluées à 80% ? Pourquoi fait on croire aux gens que c’est mieux avec de la terre agricole que de la terre urbaine « polluée » ? Il n’y a aucune réflexion sur la régénération de la terre en place, sur des aménagements alternatifs écologiques… C’est autant de terres agricole dont le saccage et le pillage ne gène personne…

Ces même institutions politiques se cachent derrière leurs appels à projet sur « l’agriculture urbaine », derrière leur « développement durable » et leurs « éco-quartiers » alors qu’ils n’arrivent même pas à préserver les terres urbaines fertiles et notre agriculture périurbaine. Ils essayent de conserver de l’ancien bâti, c’est un bon début, mais à quoi bon si ils ne prennent pas soin des habitants qui y vivent ? Les concertations ce sont achevées en 2005 et, sans aucune remise en question du projet, voilà que les travaux débutent comme par magie 10 ans après…

 

# Bilan des actions perdues qui auraient pu participer à l’éco-quartier :

– une association active utilisant surtout des matériaux recyclés,
– une amap (association pour le maintien d’une agriculture paysanne) est mise à la rue,
– un compost public et libre ainsi que son réseau de composteurs perdu
– On pourrait ajouté a ce bilan les associations, les actifs dont l’impact social et culturel ne peut être quantifié
– CABU avait fait une caricature pour soutenir le terrain d’aventure qui se trouvait au niveau du jardin du nouveau éco-quartier. Une sorte de jardin d’enfant dédié à l’autoconstruction de jeux en matériaux recyclés et à l’autogestion pour les enfants du quartier ; un embryon d’agriculture urbaine avec des fruitiers, un potager, un poulailler…
– C’est notamment la mémoire des artistes Vitaly Statzinsky (il avait auto construit une datcha rouge qui connait son histoire ?) et d’Antoine cozzolino, mais aussi les dessins de zooproject qui ont vécus ici et toutes les histoires d’un quartier qui n’ont même plus de traces dans ce quartier…

 

 Rapportez vos outils, une grignoterie, une boisson et vos envies jardinières si vous en avez

 

 
 

Dijon : Déambulation et plantation d’un verger aux Lentillères !

 
Quand Le 28 février 2015  à  14 h
Suivi à 20h d’une bouffe et à 21h d’un bal trad animé par ‘le bout du banc’
 : place Wilson à dijon, arbre et pioche en main !
 
 
 
lentilleres-dijon-occupationmaraicherecontreecobetonneur

 

# Cinq années de lutte

Depuis cinq ans, nous occupons, cultivons, échangeons, fêtons sur les terres squattées du quartier libre des Lentillères. Aujourd’hui ce sont plus de deux hectares de terres qui ont été remis en culture entre potager collectif autogéré, parcelles cultivées entre famille et ami.e.s et ferme collective permettant aux potagistes de se réapproprier une partie de leur alimentation. Le marché hebdomadaire à prix libre, est devenu  un moment privilégié de rencontres au sein du quartier tout comme les fêtes et les chantiers collectifs. En somme nous construisons là où ils veulent détruire.

 

# Paroles, paroles, paroles !

Lors des dernières municipales, l’actuelle majorité déclarait dans la presse prendre conscience de la situation particulière de ces terres et disait être prête à ne pas les bétonner.  « Voilà, si il faut revoir le projet, on reverra le projet. ». Etrangement, aucune décision claire d’abandon du projet d’écoquartier n’a encore été prise. Au contraire, la logique des politiques et urbanistes imposée d’en haut suit son cours en faisant abstraction de ce qu’il s’y vit et s’y crée. Au mois de décembre, nous avons vu débarquer un attirail d’encravattés accompagnant les derniers propriétaires dans le cadre de la procédure d’expropriation. Les pouvoirs publics continuent le rachat des terrains, alors qui y’a t-il derrières ces dernières déclarations d’intentions ?

 

# Ceci n’est pas un écoverger !

De notre côté, on n’attend pas qu’ils reculent sur le projet pour construire nos vies et nos imaginaires sur le quartier et on ne partira pas de là.
Nous allons planter des arbres fruitiers car au delà de la dimension symbolique, créer ce verger résonne comme une installation qui dure. De la même manière que les initiatives potagères nous réaffirmons notre volonté de produire sans but marchand et pensons cette production comme une nouvelle possibilité d’échanger, d’apprendre et de lutter. Nous imaginons dès aujourd’hui, planter, tailler, greffer et faire pousser ensemble ce verger. Et, dans quelques années, goûter aux fruits des arbres « interdits », les transformer et inventer des moments festifs autour de ça.

Nous avons envie de planter une cinquantaine d’arbres, à différents endroits sur la friche, avec des espèces, des variétés  et  des pratiques arboricoles diverses. Ce verger s’inscrit dans la lutte du quartier des Lentillères et ne sera pas l’écoverger de leur écoquartier !

 

# Tous et toutes à la plante-ta-manif !

Nous invitons donc à une manifestation dans le quartier, arbres et pioches en mains, pour fêter l’arrivée de ce nouveau verger. Venez avec vos greffons, boutures, arbres à fruits et une pêche d’enfer !

 

 –›  AMÉNAGEURS, DÉCIDEURS, ARRACHEZ VOUS ! AUX LENTILLÈRES, LA LUTTE S’ENRACINE !

 

 
 
 
 
 
 

21 février : Mobilisation des ZAD

 

–› Site spécial pour la manif du 21 février

ecowarrior-charlie-emelineEudes-zadtestet-zadnddl

–› Texte d’Emeline E à lire sur le site GGFrance :
« je suis Rémi. Je ne suis pas Charlie.

Dans la nuit du 26 octobre, la gendarmerie tue un manifestant de 21 ans lors d’un rassemblement contre le barrage de Sivens, dans le Tarn. Pendant plusieurs semaines, un mouvement de solidarité se répand dans toute la France. A Nantes, Rennes, Toulouse et ailleurs, des manifestations réunissant plusieurs milliers de personnes sont interdites de fait par les préfectures qui militarisent les centres villes avec des centaines de policiers armés. Plusieurs personnes sont blessées, d’autres condamnées. Ces stratégies policières ont précédemment été expérimentées à grande échelle lors des révoltes dans les quartiers, notamment à Villiers-le-Bel en 2007, inaugurant l’utilisation d’hélicoptères, de nouvelles armes policières et le quadrillage militaire du territoire. Les mouvements de résistances sont multiples et divers : ici une occupation de sans-papiers, là-bas des cabanes dans une forêt, ailleurs une confrontation avec la police.

Ce mouvement est l’occasion de rappeler que chaque année, des dizaines de personnes sont tuées ou blessées par la police, essentiellement dans les quartiers populaires, ou dans les luttes. Plus de 40 personnes ont perdu un oeil ces dernières années, touchées par des tirs policiers. Malgré la répression, les mois qui viennent de s’écouler montrent nos capacités à construire des solidarités, à nous organiser, que ce soit sur les ZAD ou au cœur des métropoles. Il ne tient qu’à nous de renforcer ces dynamiques, ici comme ailleurs.

A l’aube de l’année 2015, une série d’attentats préfigure un renforcement considérable des dispositifs sécuritaires. Nous refusons que le choc suscité par ce drame serve à alimenter l’islamophobie et à renforcer l’impunité des forces de l’ordre. Les gouvernants qui défilent pour la liberté d’expression sont les mêmes qui font la chasse aux migrants et les enferment dans les Centres de Rétention Administrative. Un an après la démonstration de force et de solidarité du 22 février, alors que le gouvernement rappelle sa volonté de construire l’aéroport et d’expulser les opposant-e-s, retrouvons-nous à Nantes pour affirmer notre solidarité avec les ZAD et notre refus des violences d’État, qu’elles soient économiques, sociales ou policières.

Contre le bétonnage et la militarisation de nos villes, occupons la rue.

Tou-te-s concerné-e-s, tou-te-s solidaires : rencontrons-nous, organisons-nous, luttons unis dans notre diversité.

 

 

 

 
 

78 / ZAD Patate de Montesson

 
Quand : Le samedi 14 février à partir de 14h
 
 
Retrouvez nous à la ZAD Patate de Montesson pour jardiner, préparer les prochaines actions, signer la pétition et échanger avec nous sur l’avenir de la plaine de Montesson.
 
– Le dernier numéro du magasine des Yvelines parle de préserver l’agriculture alors que d’un autre côté ils laissent des projets inutiles urbanisées ces terres.
– Le Moniteur (1er hebdomadaire professionnel en France, généraliste de la filière Aménagement, Construction et Cadre de vie) nous offre cette semaine une carte des ZAD en France où apparait la ZAD Patate ! Mais attention l’idée n’est pas vraiment de nous mettre en avant puisqu’ils titrent : « Opérations menacées : Comment protéger les chantiers des activistes » Objectif : mieux comprendre les zadistes pour apprendre à protéger les chantiers de ces activistes. Voir l’article
Le maire de Montesson suit les mêmes discours sur le fait qu’ils se bat pour la préservation de la plaine de Montesson et pourtant il continu à aider les aménageurs de surfaces commerciales, à construire des routes et à urbaniser inutilement.
 2015-preservationdesterresagricoles-zadpatate
 
 

 

Des projets inutiles, à commencer par celui-ci.
Le maire de Montesson dit « Les espaces constructibles, c’est fichu, ils seront construit ». Mais les espaces dits « non constructibles » voir « sanctuarisés » par le PRIF (Plan Régional d’Intervention Foncière) voient une route (la RD121) passer en plein dessus sans que personne ne puisse broncher. Des friches industrielles et des délaissés urbains pour construire la ville sur la ville il y en a (à commencer par FLY à Sartrouville, la jardinerie de Carrefour ou Nicolas à Montesson) ! Pourtant les entreprises ne se jettent pas dessus… pourquoi ? Hé bien parce qu’elles veulent toutes profiter de l’indispensable aubaine qu’est l’infrastructure routière neuve (la RD121) payée par le contribuable pour faire du profit et ensuite pour qu’elles abandonnent à leur tour leurs cadavres de centres commerciaux.

 

zadpatateRD121routeurbanisationbetonnisationpollution
Photo dans le courrier des Yvelines : Phase 1 sur les friches et jardins ouvriers. Phase 2 à suivre.

Les deux stations essences de Montesson ont pollué la nappe phréatique, croyez-vous que l’exploitant a réparé et dépollué, non on se contente de laisser le temps faire son œuvre après des travaux sommaires, d’ici trois millénaires il n’y aura plus de pollution, en attendant essayez de ne pas boire l’eau de la nappe, ni d’arroser les salades avec. Lire la fiche BASOL sur la pollution des sols : 26 000 m2 de nappes polluée, une couche d’hydrocarbures de 29cm…

zadpatatestationservicecarrefourpollutionpetrolenappephreatiquesoleau

 

 

 

 

 

ZAD Notre Dame Des Landes à Nantes :

  • Du 16 au 21 février : Semaine de débats – « violences policières, sociales, économiques : quelles résistances ? », en présence d’invités
  • Samedi 21 février : 12h30 Pique-nique – 14H manifestation – 18H bouffe/débat/concert
  • Dimanche 22 février : Journée d’échanges

 

 

 

La ZAD du Testet  :

 
 
  • Samedi 7 février 12h au barnum Parution du recueil de textes Sivens sans retenue. Grosse soupe et chacun apporte un peu à manger/boire ! Voici l’avis de parution !
  • APPEL à covoiturage le mardi 3 février : Lausanne 6h du mat’ ; Genève ; Lyon ; Valence ; Nîmes ; Narbonne ; Toulouse et enfin Gaillac (y’a trois places dans la voiture) mise en relation par le mail des bouilles.
  • 21 février 2015 à Toulouse, à Nantes manifestations : 21fevrier2015.noblogs.org
  • Sur la page Legal, vous verrez les adresses de 4 copains incarcérés à qui on peut écrire et la liste des procès de la semaine. Et les compte-rendus des derniers procès, toujours aussi édifiants.

 
 

# IMPORTANT : des commentaires nous font comprendre que le message n’est pas bien passé sur la situation juridico-politique. Le projet de barrage N’EST PAS ABANDONNÉ ! La zone humide n’est pas du tout sauvée ! Les déclarations de S. Royal ne sont que fumeuses et médiatiques. Le projet sera peut-être arrêté le 6 mars lors d’une plénière du Conseil Général du Tarn. En attendant, il y a une procédure d’expulsion en cours sur la métairie et tout le reste de la vallée. S’ils nous dégagent, on revient !

 

« Aux zad militants !! Appel à tous les médias honnêtes, aux auto-médias, aux gens en soutien à venir constater le blocage en force de la Zad par des milices en tenue de chasseur avec la complicité des Gardes Mobiles. Soyez groupés et calmes, en face ils cherchent la bagarre.
 
Encore et toujours les pro-barrages tiennent à leurs bas intérêts personnels : du pognon pour des cultures aux pesticides, des subventions ou vol d’argent public, des magouilles pour leurs collusions d’intérêt et que leur importe la planète, le vivant, les générations futures !!
 
De toute évidence nos réunions et notre union face à leur déni d’écologie, leur fait peur. Soyons plus nombreux.euses encore !!! Venez avec vos appareils photo, vos caméras et votre calme défendre le Testet !!
 
 
 
 
 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

:RDV: *°°°* :ici: :*: :OK: :f: :home: :gg: :dead: :guerre: :s :good: ^^ ;D :D :) :( :/ 8) :0 :angel: :evil: ➝ more »