Guerilla gardening france
Guérilla gardening France | Marseille : La mairie veut encadrer la végétalisation des rues
- Guérilla gardening france welcome

www.guerilla-gardening-france.fr

Marseille : La mairie veut encadrer la végétalisation des rues

A Marseille, mais comme dans de nombreuses villes comme Amsterdam, les actions de guérilla gardening, ou assimilées, sont rentrés dans la culture locale tant et si bien qu’il est devenu presque naturel de jardiner dans sa rue sans demander d’autorisation !

Pourtant dans un tel contexte la ville essaye de mettre en place un « visa vert » qui a rapidement été rejeté par les habitants…

 

marseille-visa-permisvegetaliser-rehabilitation-centre-ville

Face à la prolifération des rues fleuries par les habitants, la Ville a adopté une charte de végétalisation, une autorisation d’occupation temporaire (AOT) et surtout un « visa vert » pour encadrer les pratiques des Marseillais. La végétalisation citoyenne a gagné, lentement mais sûrement, bien des trottoirs du centre-ville à Marseille. 

 

Le politique a tardé à s’emparer de ce sujet de réappropriation de l’espace public, de ces gentils jardiniers qui viennent souvent remplacer des délaissés et de des jardinières municipales absentes ou vides.

 

Quelques arguments de la mairie :

« Aujourd’hui, il est important pour la collectivité d’encadrer et de contrôler les opérations de végétalisation afin de garantir leur compatibilité avec les différents usages au sein du domaine public »

 

 » Les habitants devront-ils demander leur visa a posteriori ? « 
 » Cela serait préférable, oui « ,

«  Si l’on occupe un espace public sans droit ni titre, cela peut générer des problèmes « ,
 » La végétalisation peut être plaisante mais elle peut être aussi sujette à des accidents « ,
 » Nous mettons du droit là où il y a un semblant d’anarchie « 

annonce Mme Cordier adjointe au maire chargée des espaces verts.
 
 
 
 
Manque de consultation

Les associations ne semblent pas avoir été consultées pour la rédaction de cette charte et de ce visa. Monique Cordier reconnaît cette absence de concertation. C’est avant tout les services internes de la Ville et notamment le service juridique qui ont été mis à contribution pour assurer la légalité de cette mise aux normes des plantations de rue.
Souvent, la végétalisation prend plus la forme de collectif informel que d’association en bonne et due forme. Ailleurs, « la plupart des collectivités ont été mises devant le fait accompli, commente Jacqueline Gambini de Passeurs de jardins. 

 
Et les premiers avis sur ce nouveau visa n’a pas recueillis l’avis favorable à en dire les retours sur les réseaux sociaux (mais sommes nous seulement consulté avant leurs délibérations ?) :

Ce qui est à pleurer c’est qu’on a fait bosser pour rien des cadres municipaux payés par nos impôts pour pondre 8 pages de couillonades juridiques pour essayer de réglementer la pousse de quelques plantes vertes sur les trottoirs par des citoyens qui ont envie de fleurir leur ville. »

J’en pense que Gaudin est lamentable. Pour une fois que les citoyens oeuvraient dans le bon sens, comme tu dis ! Je trouvais ça super chouette, d’autant que le mouvement a commencé dans des quartiers très exposés à la circulation et dont les façades d’immeubles étaient noires…  

Que la mairie commence à en virer les voitures. Dans le lien (vers le visa) on parle d’assurance à avoir, de plans à fournir. Qu’on fiche la paix aux gens !!  

Qu’on commence par nous montrer des exemples de ce qu’il ne faut pas faire, plutôt que de demander une autorisation systématique (qui bien sûr ne sera demandée par aucun « verdisseur », et qui découragera beaucoup de gens dans leur projet de verdissement… )

 
Merci pour ces belles photos. Tu vois, ça me fait penser que ce serait vraiment difficile de rédiger une charte de verdissement établissant des règles consensuelles. Parce que moi, ces pots dépareillés ne me choquent absolument pas. Je ne trouve pas ça laid, presque, au contraire, je trouve ça fun d’avoir trouvé plein de contenants différents pour les plantes.

 Marseille n’attendait sûrement pas une charte aussi conne pour végétaliser ses rues, ça fait 4 ans que des initiatives fleurissent au quatre coins du centre-ville. Ce qui est exaspérant, c’est que la Mairie, pas assez occupée à couper tous les arbres qui lui tombent sous la main, a, en plus, le temps de faire ch… les Marseillais-es qui ont le courage de remettre un peu de verdure dans cette ville du tout-béton (politique chère à M.Gaudin). Non, cette charte est une provocation pure et simple. On coupe vos arbres, et on vous emmerde la vie quand vous voulez retrouver un peu d’oxygène et de gaieté !!! Vous ne vivez pas à Marseille, Madame Renée, on dirait…

En quoi cette charte s’inscrit-elle dans une logique de promotion de la végétalisation des rues ? ça semble plus être du domaine pur et dur de la réglementation et de la normalisation cette affaire, non ? […] Attendre 2 mois un visa pour pouvoir déposer un pot de fleur devant sa porte voilà une riche idée qui va motiver les marseillais à respecter, embellir et s’approprier LEURS RUES !!!
Puis cette idée de visa, au regard de l’actualité, là aussi ils ont fait fort. Je vois bien un policier municipal face à un pot de fleur : Veuillez me présenter le visa vous permettant de résider sur le sol de la belle municipalité de Marseille. Quoi ? Vous ne pouvez pas me fournir le document ? Je vous signifie votre placement immédiat en centre de rétention.

 Surprenant comme idée ! La ville projette de supprimer certains parcs et espaces verts et ce serait aux Marseillais de compenser les manques ? De surcroit à leurs frais ! Je pense que les gens amoureux de la nature n’ont pas attendu cette charte pour s’occuper de verdir leur rue.

Pour l’opposition socialiste, cette Charte de la végétalisation est une « affaire improbable » : « La mairie considère visiblement que cette jungle urbaine n’a que trop duré, ironise Benoît Payan, conseiller municipal. Il faudra donc une autorisation au préalable pour mettre un pot de géranium ! La mairie n’a pas d’autre initiative que celle-là pour régler les problèmes du quartier ? Et va-t-on envoyer un fonctionnaire pour vérifier la taille et l’emplacement des plantes ? On marche sur la tête, là ».

 

 

Chose rarissime, le visa vert n’a pas recueilli la majorité des voix. Faute d’élus en nombre suffisants, les deux membres de la majorité se sont retrouvés à égalité de voix avec les socialistes quand les autres élus ne prenaient pas part aux vote.
Ces accrocs n’entraînent pas pour autant le retrait automatique de la délibération. Rendez-vous lundi matin pour savoir si les petites fleurs font débat. (source)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

:RDV: *°°°* :ici: :*: :OK: :f: :home: :gg: :dead: :guerre: :s :good: ^^ ;D :D :) :( :/ 8) :0 :angel: :evil: ➝ more »