Guerilla gardening france
Guérilla gardening France | Machines de guerre urbaines
- Guérilla gardening france welcome

www.guerilla-gardening-france.fr

Machines de guerre urbaines

J’ai co-écris un article avec Emeline Eudes sur l’institutionnalisation des pratiques jardinières qui est paru dans le livre « machines de guerres urbaines ». En voici un extrait, n’hésitez pas à l’acheter ou à me demander pour que je vous le prête. :)

 

Template Grand format

Synopsis

Ce recueil de textes de philosophes, sociologues, architectes, géographes, paysagistes et illustrés de reproductions d’artistes contemporain pose la question de l’urbain aujourd’hui. Il aborde les alternatives politiques pour que le citoyen puisse reconquérir un territoire de liberté dans des villes souvent saturées :
• le jardin comme réintroduction d’une écologie plus raisonné ou comme espace de réunification sociale,
• les espaces intersticiels laissés par les programmes de construction réinvestis par les artistes ou le citoyen,
• les grafs et tags comme acte de résistance,
• la dérive urbaine,
• les inventions et expérimentations architecturales comme réagencement.
Cet ouvrage aux idées foisonnantes donne des clés pour comprendre nos villes aujourd’hui et les prospectives de celles de demain.

14×21 cm, 304 pages, 30 reproductions en bichromie,
couverture brochée,
isbn 978-2-919507-45-0
22€

Extraits de nos écrits par Emeline et Gabe :

« Face à l’inertie de la « machine État », à l’accaparement de la parole par les divers experts politiques et techniques, nous pensons qu’il est temps que les habitants se manifestent sous le mode de l’intervention, et non pas seulement de la participation. Intervenir, selon notre acception, cela signifie se ré-emparer des moyens de production du discours, qu’il soit oral ou qu’il passe par des actes, dans le cadre de l’espace public »

« De notre point de vue, l’adaptation –des pratiques habitantes aux problèmes environnementaux, sociaux et politiques actuels– est une forme d’acceptation fataliste de notre sort d’urbains qui permet aux élus de s’épargner les efforts d’une politique novatrice et audacieuse en matière d’écologie. L’adaptation s’avère trop souvent envisagée comme un sparadrap permettant de résoudre une misère locale, sans prendre les mesures nécessaires à la base du problème. »

« L’institutionnalisation des pratiques enferme, adapte, instrumentalise et intègre progressivement dans la masse ceux qui y participent. Elle exploite la force de travail individuelle et collective, elle conduit à l’épuisement et à la perte d’expression de chacun. »

« Il n’y a pas de forme d’action idéale, et celle que nous pratiquons n’est pas la seule, mais nous la recommandons, car elle propose d’autres façons de se manifester, sans mener ni à la violence, ni à l’attentisme, ni à l’épuisement ou au dégoût. Il est temps de prendre des décisions, de viser un changement qualitatif des modes d’intervention habituels et cela avant qu’il ne soit trop tard. La guérilla des jardiniers nomades est en route pour une insurrection et un passage à l’action généralisés ; prenez part au mouvement ! »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

:RDV: *°°°* :ici: :*: :OK: :f: :home: :gg: :dead: :guerre: :s :good: ^^ ;D :D :) :( :/ 8) :0 :angel: :evil: ➝ more »